TriOuf – Respons Cibles

Crédit photo : DR

Hoël Germain

L’échapée vive

Détourneur de signes à la plume régénérante, Fred Wallich sème volontiers l’œuf de Pâques sous la titraille. Aux saxophones avec Louis-Michel Marion (contrebasse) et Philippe Saliceti (piano), c’est un TriOuf. Lequel donne à écouter Respons Cibles en août 2019. Autre époque mais s’y réverbe l’ère d’ensuite (Vaccine à sons). D’abord la chasse est béante, Global poursuite a le temps haletant. Un quart d’heure, non pas sale mais trouble, avec son objectif aussi indéterminé qu’implacablement pourchassé par la pulsation de contrebasse aux parages de laquelle vient virevolter un saxophone de sable dru et de slap taquins. Rétif à faire la claque, le piano commente la cavale à touche-touche pour ouvrir l’apport au dérèglement de contestation, lequel advient à rebrousse crin, enflant en tourbillon, s’effilochant minuscule.

Puis c’est Là-haut d’ici, on ne sait si le deuil lui sied, reste que la suspension n’empêche en rien l’amoncellement des nuages. Presque la nuit en plein jour, le meilleur ciel pour qu’éclate puissamment le moindre rai de lumière. En couverture, TriOuf a pris soin de sous-titrer l’album improvisations. Le monde qui se noue dans l’entrejeu laisse flotter plus de questions qu’il ne pose de réponses. Respons Cibles met en scène ce dialogue énigmatique avec l’extension de jeu dont dispose l’explorant TriOuf, toute une gamme de bruissement organiques, ligneux, claquant et vrombissants, dans un grand ébouriffement sonore.

L’alternance de courses poursuites et de fusions centrifugitives rythme les grands espaces qu’esquisse TriOuf, lesquels, comme les rivages hivernaux, révèlent une autre beauté dans la tempête.

Pour écouter le disque :

image_pdfGénérer un PDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire