Jazz à Semur s’élance

Crédit photo : DR

Par Michel Pulh

Jazz à Semur (en Auxois) vient s’inscrire sur la carte des festivals d’été. Il se tiendra du 15 au 18 juillet. Constituée fin 2019, l’association s’apprêtait à lui faire voir le jour en 2020. Mais Covid…

Olivier Koechlin (président et contrebassiste), Gérard Pichon (trésorier et pianiste), Igor Wojtowicz (secrétaire) et Gaëtan Canelas en sont les chevilles ouvrières. « On a plutôt essayé de définir [le festival] par toutes les excroissances que le jazz a suscitées dans des styles différents. D’où les orientations sud-américaine, arménienne, jazz-funk… » souligne O. Koechlin ; « l’idée – complète I. Wojtowicz – c’est plutôt d’essayer d’ouvrir, d’éviter le côté élitiste. » Première soirée (15) sous les étoiles, à l’arrière de l’ancien lycée, dans un espace baptisé pour l’occasion Les Jardins du Faubourg : dirigé par Franklin Lozada, Los Guajiros est un groupe de salsa parisien cosmopolite dans lequel O. Koechlin tient la basse. Le concert s’inscrit aussi dans Les Jeudis de l’Été, qu’organise tous les ans la Ville de Semur. Deux pianistes se produiront dans l’écrin à la belle acoustique du Théâtre du Rempart : F. Lozada en quartet (16) et Macha Gharibian en trio (17). Les prolongations auront lieu au Jardin : Philippe Sellam Trio (16), Roforofo Jazz (17). Le samedi après-midi s’y tiendront une Scène ouverte aux groupes locaux et le quintet lyonnais Selil Kadora. Quant au dimanche (18) après-midi, en bordure de l’Armançon (rive gauche), le Parc Joly, auquel une association redonne belle allure, offrira les ombrages d’arbres séculaires et son décor de murailles rocheuses à Christine Bertocchi, Guillaume Orti (Cie d’Un Instant À l’Autre) qui ont invité plusieurs des musiciens[1] avec qui ils se retrouvent de temps à autre dans le Groupe Régional d’Improvisation. « Ils vont certainement faire des choses surprenantes, avec une mise en scène très particulière » conçoit O. Koechlin.

Il ne sera pas dérogé à une règle : lors de sa première édition, Jazz à Semur « doit faire ses preuves. » La Ville certes lui apporte largement son soutien, le Département fait un geste. Les sponsors sont donc venus à la rescousse. Fort utiles aussi ont été les liens noués entre musiciens qui ont permis des contacts directs. Pour d’autres aides potentielles il faudra patienter.

Contrebasses pour gauchers

Juan Sebastian Jimenez et Chris Jennings, les contrebassistes de F. Lozada et M. Gharibian, sont tous deux des gauchers. « Tout a été renversé dans l’instrument, c’est assez bizarre », fait remarquer Olivier Koechlin qui en a eu à restaurer entre les mains. « Le contrebassiste vient donc avec son instrument. » Il faut aussi « prévoir une grande voiture… »

[1] – Pour le détail complet des formations : https://www.jazzasemur.fr

image_pdfGénérer un PDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire