« Flatten the Curve » Timothée Quost

Crédit photo : CARTON RECORDS

Lucas Le Texier

L’art du conte free

Encore récemment, un ami qui adore le free et les musiques improvisées me disait qu’il avait du mal à écouter son style de prédilection sur album. Je crois que ce Flatten The Curve, sorti chez Carton en octobre 2021 pourrait le faire changer d’avis. On ne présente plus Timothée Quost, issu de la pépinière chalonnaise et parti faire ses armes au CNSM de Paris, avant d’entamer des projets fructueux (Quostet, Matterhorn…). Dans son dernier disque Flatten the Curve, sorti chez Carton en octobre 2021, Quost brosse une frise sensible et libertaire, un subtil mélange entre la dialectique compositions-improvisations et la diffusion d’échanges, tantôt naïfs, tantôt philosophiques, avec des personnes âgées.

Quatre grandes pièces structurent l’album, « Pohorje », « Lame », « Seck Gorgui » et « Divine ». Les paysages sont mouvants, des petites scènes mi-écrites, mi-improvisées s’enchaînent. Souvent, de petits fragments mélodiques se répètent, se croisent, se dévorent, se dispersent… Quost use et abuse de la tenue, procédé astucieux qui permet de donner une cohésion et une unité à ses morceaux. La part la plus créative de l’album réside dans les syncrétismes des montages entre témoignages loopées et improvisations libres. Dans « Mme Angot », c’est une sorte d’ASMR[1] rythmique qui s’enchaîne, où les paroles, mais aussi les bruits de bouche, les sifflements, les chantonnements sont réutilisés au service de la pièce.

C’est le genre de disque que l’on doit écouter sérieusement et pleinement. Le jeu en vaut la chandelle, car on en ressort avec la sensation d’avoir voyagé un instant quelque part, sans que l’on sache tellement où. Vraisemblablement, dans une contrée poétique, manufacturée de ces brics-et-brocs vocaux et musicaux.


[1] Autonomous Sensory Meridian Response : Une sensation ressentie suite par exemple à l’écoute d’un morceau.

Acheter le CD : cartoncartoncarton.com

image_pdfGénérer un PDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire