Barokossa, bienvenue dans ses Terres Inconnues

Crédit photo : Anne Lajugie

Joseph Lapchine (saxophones alto, soprano, ténor), Olivier Colas (claviers), Merwan Djane (basse, compositions) et Christian Millanvois (batterie, percussions, chant) sont les musiciens de Barokossa. Créé en mars 2020 à l’initiative du saxophoniste et du bassiste, complices de longue date, ce quartet fait partie des groupes soutenus par le CRJ et va donner une série de concerts en Bourgogne Franche-Comté entre avril et octobre. La musique brosse un « voyage en 13 tableaux » où se glissent, s’embrassent, s’harmonisent et se lient des styles qui n’en font plus qu’un. Barokossa ?

Joseph Lapchine : Au début 2020, en gros à la période du premier confinement, Merwan Djane a commencé d’écrire un peu de répertoires et un jour il m’a envoyé un MP3 d’un thème qui avait des consonances un peu baroques. Et il m’a dit : « là-dessus, il y aura une rythmique de basse batterie plutôt salsa ». Je lui ai répondu : oui, barokossa… Une contraction de baroque et salsa, une pure invention.

Tempo : Sur votre site, vous parlez de musique latino-américaine et de jazz, mais encore de musiques du monde, africaine…

JL. : C’est exact, il y a un vrai mélange. On est loin du swing et de la musique jazz traditionnelle, ni sur la traditionnelle musique cubaine. Par contre c’est de la musique binaire. On est sur un socle de musique latino-américaine, mais beaucoup influencée par toute la musique du monde que Merwan a superposée. Dans un thème qui s’appelle Dalal, à certains moments on ne sait plus trop si c’est cubain, afro… Dalal en wolof, ça veut dire bienvenue. Chaque titre que Merwan a trouvé est évocateur soit d’une image, soit d’une petite anecdote.

– Dans Histoire des titres, le site barokossa.wordpress.com, indique les sources musicales qui ont inspiré Merwan Djane pour ses compositions. Inventaire : afro-cubain, samba, zouk, disco, salsa funky jazz, gnawa, chacha, valse cubaine, compás flamenco, montunos, allures soufistes. –

T. : Il semble que le thème Terres inconnues opère une forme de synthèse de l’ensemble du répertoire.

JL. : Effectivement. Terres Inconnues est d’ailleurs un peu différent puisqu’il rajoute un peu de pop music. On y trouve une basse un peu cubaine, mais une batterie un peu plus électro. Ce thème résume aussi l’idée de Merwan : tous ces mélanges de rythmiques pour aller vers un territoire inconnu. Terres Inconnues c’est aussi le titre qu’on voudrait donner à l’album qu’on aimerait enregistrer.

T. : Merwan Djane et vous, vous avez un long parcours commun. Qu’en est-il d’Olivier Colas et Christian Millanvois ?

JL. : Avant même que Merwan compose, on a eu envie de trouver les musiciens avec qui on aimerait faire Barokossa. Même sans avoir encore fait de projets avec eux, Christian et Olivier sont deux personnes qu’on connait bien et de qui humainement on se sent proche., La musique de Barokossa a été écrite avec l’envie de s’inspirer des musiciens, de respecter leurs personnalités. Cette démarche était importante.

Propos recueillis par Michel Pulh

Tournée Barokossa[1]
 
20 mai : Dijon. D’Jazz dans la Ville.
3 juillet : Culles-les-Roches. Caveau.
22 juillet : Luxeuil-les-Bains. Les Pluralies.
24 juillet : Autun. Estivales.
6 aout : Saint Bonnet-de-Joux. Écuries de Chaumont.
10 septembre : Festival international de musique(25).
septembre (date à préciser) : L’Arrosoir (71).
1er octobre : Mâcon. Le Crescent.
2 octobre : Lons-le-Saunier. Le Bœuf sur le Toit.

[1] Pour d’éventuelles mises à jour, cf. barokossa.wordpress.com 

Pour aller plus loin, L’interview vidéo du Bloc pour le CRJ BFC :

image_pdfGénérer un PDFimage_printImprimer

Laisser un commentaire