L’Orchestre des jeunes de l’ONJ : un tremplin professionnel

Crédit photo : Marine Dejean

Lucas Le Texier

Après un début de saison interrompu, la pépinière des jeunes jazz(wo)men français et européens dirigée par le vibraphoniste bourguignon Franck Tortiller prépare son retour sur scène et sa venue en BFC.

L’orchestre des jeunes de l’Orchestre national de jazz (ONJ) est venu pallier la nécessité d’instaurer une plate-forme facilitant le passage des jeunes musiciens du monde étudiant au monde professionnel. L’ONJ « jeune » est un big band de jeunes jazz(wo)men venu(e)s de France et de toute l’Europe qui se consacre au répertoire d’un ancien chef de l’ONJ. Depuis 2019-2020 et avec un mandat prolongé en 2021 à la suite du contexte pandémique, c’est le vibraphoniste bourguignon Franck Tortiller qui retravaille en grande formation le répertoire composé entre 2005 et 2008 pour les « ainés » autour de Led Zeppelin, du jazz rock des années 70 et d’un panel de valses venues du monde entier.

Le confinement et la distanciation sociale ont bloqué le travail de la formation pendant une partie de l’année. Les membres de l’orchestre gardaient alors contact, prévoyaient les futures répétitions, sans pour autant avoir une idée précise d’un retour à la normale. « On ne remplacera jamais une vie musicale sans la scène », confie le vibraphoniste.

Fort heureusement, les projets redémarrent ! Très attaché à ses racines régionales, Franck Tortiller, qui a fait répéter l’orchestre à Couches et à Besançon avant le confinement, prévoit une résidence à Chalon-sur-Saône du 18 au 20 septembre et des jam-sessions en compagnie des étudiants d’Olivier Py au conservatoire. En janvier prochain, la formation enregistre avec la start-up Nomadplay et sa technologie permettant aux musiciens d’enlever certaines pistes de l’enregistrement original pour jouer virtuellement avec la formation en cabine.

Il s’agira pour la plupart du premier enregistrement et de la première expérience dans un vrai studio. Franck Tortiller insiste beaucoup sur cette dimension qui participe à la professionnalisation : il dirige en tant que musicien et non en tant que professeur, d’où une exigence comme toute formation où il serait partie prenante. Autre aspect professionnalisant de l’orchestre : les contacts et les échanges entre musiciens qui se revoient en dehors de la formation pour jouer ensemble, tissant le début de leur « réseau ».

Pour conclure, Franck Tortiller résume en trois idées l’orchestre qu’il dirige : grande formation, rencontre et exigence professionnelle.

La date de l’Orchestre des Jeunes de l’ONJ en Bourgogne-Franche-Comté :

SAMEDI 17 OCTOBRE 2020 ● 17h Salle des fêtes de Nailly (89)

Laisser un commentaire