Kolm invente sa tempête

Crédit photo : KOLM

Hoël Germain

Il pleut dur. C’est la course, c’est la chute : Rennen Fallen et l’on se dit que les trois compères de Kolm (le batteur Adrien Desse, le guitariste Vincent Duchosal et le clarinettiste Loïc Vergnaux) n’ont pas voulu que l’on cherche à comprendre ce qui venait de se passer. Lacet défait ou balle dans le dos ? Chaussé glissante, il pleut dur, ça ne devrait jamais s’arrêter, ça devait durer 4 minutes. D’équilibrismes, l’album en sera intégralement ficelé : explicitement avec le doomesque Sur Le Fil De… et la conclusion Sur le Filin, sinon avec l’inquiet Museo, les tempétueux KaMaJI – part 1 et 2, ou en suspens dans l’air cotonneux Tanz Der Flocken.

Mais reprenons le fil. Chute. On se relève et pour sortir la tête de la boue, il faut la sculpter, avec Les pieds dans le phare. L’extrait d’un entretien télévisuel avec le compositeur Olivier Messiean annonce la couleur, ici on joue de la matière sonore environnante, les oreilles ouvertes. Prenant l’illustre fantôme au mot, la piste convie à une fragile émergence mélodique, qui surnage à peine de l’extrait trituré jusqu’à figurer un clapot huileux. Cette approche « plastique » du son traverse l’ensemble du disque dont participe sa pochette sérigraphiée dans les ateliers de la Fraternelle de Saint-Claude. Outre l’usage dynamique du bruissement (De Trap) parfois élevé en motifs rythmiques comme dans Cavavin dont l’entrée en matière métallique bouclée ad nauseam évoque une gueule de bois abrasive, elle se traduit surtout par un soin méticuleux apporté aux textures instrumentales, de saturation sauvage en sensuel frôlement de peau ou de cymbale, sans oublier les infinies variations du souffle boisé, clair et net (toutes ondes captées à la Frat’ et mixées par Anaïs Georgel, mastering par Guillaume Jay).

D’hommage collatéral, est-il aussi question dans la 7e piste intitulée X-Swing ? Doit-on entendre dans ce vigoureux chambardement un peu d’ironie à l’encontre de la tradition ? Qu’importe, la seule règle qui vaille ici est celle du jeu. Ludique, équilibriste, artisanal : Kolm délivre un album de très cohérent chaos.

Laisser un commentaire