Check The Rhime in BFCee

Crédit photo : Radio Kaizman par Florian Jannot-Caeilleté / JSL

Guillaume Malvoisin

Dans les papiers précédents de ce dossier, Mathieu Durand prenait 1998 et The Dawn, album d’Erik Truffaz paru chez Blue Note, comme repère d’une première œuvre majeure à sceller l’union entre jazz et hip-hop. De l’aveu de Truffaz, même : « des grooves très tranquilles, mais très difficiles à faire. » On quitte ainsi le domaine des « faiseurs d’instrumentaux qui piochent dans le répertoire du jazz » pour aller visiter celui « des instrumentistes qui écrivent, réinventent et s’approprient cette nouvelle culture musicale et poétique. » De la niche dans la niche. Précieux, complexe et fascinant.

Si on considère que la TV s’est allumée en Bourgogne-Franche-Comté en même temps qu’ailleurs dans l’hexagone, on peut retenir que le hip hop s’est invité dans les maisons par son show achipé-achopé de Sidney, millésimé TF1 de 1981. On pourrait retenir qu’il s’est infiltré, aussi, deux ans plus tard, par les salves de synthèse du Rock It servies par Herbie Hancock en 1983. Ce peut être, pour faire très bref, les années d’allumage de ceux qui le pratiquent aujourd’hui dans la grande région. Cela, mais aussi, dix ans plus tard le jazz-rap sabré par A Tribe Called Quest sur Midnight Marauders, par exemple. Ce peut être, pour faire très court, les années de formation de ceux qui le pratiquent aujourd’hui dans la grande région. Sidney, la Tribe et Truffaz. Une possible trinité pour les prods régionales. Les résultats de cette interaction hip hop versus jazz a son écho au niveau régional. La pratique accompagne l’écoute pour les musiciens en apprentissage. On se nourrit aux minestrones et on compare à ce qu’on allait écouter en concert ou découvrir chez un disquaire. En fouillant parmi les formations en activité, on tombe vite sur les restes, au sens arche du mot. Les restes ? C’est la Tribe citée comme une des influences majeures de Jose Shungu aka Smoov et rappeur de Green Shop, quartet from Bestown. c’est le même quartet travaillant la souplesse du MC Solaar et la liberté inépuisable de l’Art Ensemble Of Chicago et du Weather Report. Plus au sud, C’est Radio Kaizman salué pour sa reprise du Sure Shot des Beastie Boys dans des concerts incendiaires combinant street culture et furie jazz. Même remarque, même fond de commerce à l’ouest pour les très bons Hi-Hat Brass Band et Kaktus Groove Band. Ce sont les jam sessions lancées en 2011 sous les voutes du Crescent mâconnais, croisant Battle rap et challenges dansés. Jam sessions initiées par la triade Theveniau, Nassini, Foucher. Mieux qu’une série d’actions Q, c’est un moyen de fédérer, de relier cette musique de lien social, dixit Miles à un public qui pourrait en remontrer à l’académie des grands prix. Les restes, c’est enfin la Black Culture affichée par Barz, rappeur installé à Dijon, dans des projets tamponnés jazz-hop comme Oddloops ou le duo Bakus n’Barz. Mais c’est aussi Franck Tortiller, vibraphoniste fidèle à l’idée de ne jamais laisser le répertoire en paix, citant lui aussi Q-Tip parmi les références de son Collectiv, assis fièrement sur cette devise empruntée à Dizzy Gillepsie : « Pour jouer le jazz, on a besoin d’avoir un pied dans le passé et un autre dans le futur ». Le futur ? C’est maintenant et depuis un moment déjà. Simon Valmort résume habilement les enjeux des liens jazz et rap : « Le hip hop est aujourd’hui la musique la plus écoutée, la culture la plus présente. Donc la rencontre avec le jazz qui se dilue et évolue constamment est logique ». Logique de trouver ces dilutions au cœur des influences : « Il y a la nostalgie des sons des années 90 d’une part et de l’autre l’effervescence artistique » complétées « de l’envie de savoir jusqu’où elle peut aller ».

Jusqu’où s’étend cette limite ? Pas de particularité signée BFC. Ce qui se joue dans l’hexagone, agite aussi les régionaux de l’étape. Et ce qui se joue, c’est ce qui mettait Tom Cruise sur la voie de la gloire en 1988. L’art du cocktail. Au sein de Green Shop, né en 2013 dans le giron de La Rodia, le jazz est « autant un format qu’une manière de travailler, y compris les sons de la MPC, on prend le temps d’écrire et de chercher » estime Aurélius, guitariste du quartet bisontin. Le jazz s’impose comme une culture commune.

Connaissance de la cadence, rigueur écrites des cadres et assouplissements en répétitions. Empirisme impérial qui permet à José Shungu, emcee de la Shop de visser son regard puis son langage « sur le monde d’aujourd’hui à travers des textes introspectifs, de challenger la langue française » pour tenter la greffe de groove.

Autre greffe réussie, côté HHBB et Radio Kaizman tournant le dos au débat East Coast/West Coast pour poncer l’héritage de la Nouvelle-Orleans et du jazz de rue. Pour le premier, on trouve une sorte de groove-hop documentaire au son d’ensemble, puissant et précis. Les compositions originales sont malines et pesées, jouées le coude à la portière. Histoire de saluer le Kactus Groove Band, où on croise une partie du line-up et la même joie du jeu. La joie de faire à mains nues. Pas loin de celle qui pousse Radio Kaizman à réinventer « une histoire commune au hip hop et à la tradition des fanfare de rue », une histoire politique et universelle, propulsée par une rage de vivre que ne renierait pas Mezz Mezrow. Retour à la tradition. Retour aux mélanges constitutifs du jazz et du rap. Histoires de boucles.

Laisser un commentaire