Vladimir Torres, opus Inicial

Nils Bruder

Comptant plus de 30 albums à son actif – en qualité de musicien de studio ou d’arrangeur –, Vladimir Torres franchit un nouveau cap avec Inicial, son premier album personnel (sortie le 24 avril). Le bassiste et contrebassiste bisontin y retrouve ses complices de trio Martin Schiffmann (piano, Rhodes) et Tom Moretti (batterie). Sur quelques morceaux, ils sont rejoints par Damien Groleau (flûtes traversières, bansuri) et Christophe Panzani (saxophone).

Au fil des dix titres, mêlant world jazz et hard bop, Vladimir esquisse les contours sonores d’un univers ultra-personnel. « Pour composer, je m’inspire de moments de ma vie et, selon moi, le jazz est le meilleur genre musical pour exprimer tout ça, évoque-t-il. » Il y a, par exemple, A Gabriel solo le gusta bailar, une berceuse-comptine pour son fils de 3 ans qui demande sans cesse à danser avec lui. Le père évoque aussi l’absence de l’aîné, qui vit en Uruguay, avec The Leaving, une ballade mélancolique aux arrangements pop.

Ces bouts de vie, entre petits et grands bouleversements, surgissent aussi au détour de la montée en puissancede Strange Ways. Avant cela, Inicial s’ouvrait sur un soleil qui perce l’hiver avec les cinq temps de la mélodie légère de 5 Dias de primavera. Dans son premier opus, Vladimir revisite également Blackbird des Beatles. « Un morceau que j’adore harmoniquement et mélodiquement, explique-t-il. Je l’ai réarrangé avec une rythmique différente et en mélangeant des sonorités latines et africaines. J’aime aussi son côté militant, à travers l’évocation du mouvement des droits civiques, aux États-Unis. » Toujours cette idée que la musique entretient un lien viscéral avec la vie et la course du monde…

Inicial : sortie le 24/04/2020

Un album distribué par Absilone sous le label L’horizon Violet

Plus d’infos sur : www.vladimirtorres.com

Laisser un commentaire